J’ai une idée de création d’entreprise mais je ne sais pas comment faire mon business plan.


« J’ai une idée de création d’entreprise mais je ne sais pas comment faire mon business plan. »
C’est une question qui revient souvent. Comment faire un business plan quand on a une idée de création d’entreprise.

La réponse est claire et simple: il faut s’y coller. Il n’y a pas de méthode magique. La rédaction d’un business plan c’est beaucoup de travail et beaucoup de temps.

Il y a des sociétés de conseil qui sont spécialisées dans la rédaction de business plan. Certaines sont très sérieuses, d’autres moins. Dans un précédent post sur le sujet, j’ai parlé de La Petite Etoile et de son site dédié au Business Plan : Le Business Plan.
Mais attention, ces aides ne doivent être qu’une aide. Ne vous trompez pas en les contactants. Elles ne vont pas vous sortir un business plan comme ça.

Le business plan doit être pensé, orchestré par les fondateurs de l’entreprise. Ce sont les fondateurs qui doivent diriger la rédaction du business plan. Ils doivent diriger sa rédaction mais aussi être capable de le reprendre car la mission de la société de conseil ne durera pas tout le temps. Ils doivent être capables de rentrer dans le détail des chiffres car si on leur pose des questions sur une partie precise du business plan, ils doivent être capables d’y répondre.

Le business plan matérialise l’idée des dirigeants. C’est la version chiffrée de leur stratégie. C’est donc un document important.

Il faut prendre le temps de le travailler car s’il est bien fait vous vous en servirez tout au long du développement de votre société.

Une société spécialisée dans la rédaction de business plan peut vous aider et elle vous aidera mais elle ne peut pas et ne doit pas le faire à votre place.

J’ai une idée de création d’entreprise. Maintenant, je mets quoi dans mon Business Plan ?


Avoir une idée de création d’entreprise c’est bien. Savoir la matérialiser dans un business plan, c’est mieux.

Idée de création d'entreprise et business plan

Idée de création d’entreprise et business plan

Les sites dédiés à la création d’entreprise et à la rédaction de business plan sont nombreux. Je ne détaillerai donc pas le plan type d’un business plan ici.

Pour information, je ne connais pas beaucoup d’intermédiaires qui pourraient vous aider pour la rédaction de votre Business Plan. Les seuls que je connaisse bien et que je recommanderai sont les équipes de la Petite Etoile.

Je souhaite plutôt aborder le principe du business plan. Les idées que l’on devrait retrouver dans tous les business plans quelle que soit l’activité de la société.

Le BP expose trois thèmes principaux :
1. Le projet d’entreprise
2. la finalité de l’entreprise
3. sa stratégie

Il faut garder à l’esprit que pour vous entrepreneur, votre business plan est le meilleur scénario de développement et de croissance parmi de multiples autres scénarios.

Le BP doit absolument mettre en valeur :
1. la réponse à un problème. Quel est le problème et comment mon produit y répond. Si des concurrents existent, comment il y répond mieux que ce qui existe déjà.

2. L’opportunité de marché. Pourquoi ce produit ? Pourquoi ce marché ?

3. Le choix de la stratégie : comment nous allons faire en sorte que notre produit soit connu et acheté par le plus grand nombre.

4. La qualité de l’équipe : comment notre équipe de fondateurs va réussir mieux que les autres. Cette partie est très importante. Il faut bien montrer les complémentarités de l’équipe, ses points forts mais aussi ses points faibles et la manière dont on va adresser ces points faibles.

5. L’opportunité d’investissement si vous levez des fonds.

Surtout, j’insiste sur le fait que le business plan est le meilleur des scénarios possibles pour vous. Il doit motiver, donner envie de venir travailler pour vous ou de venir investir. Bref, il doit donner envie de rejoindre l’aventure.

Le Business Plan doit montrer de la traction, c’est ce qui donnera envie aux investisseurs d’investir. Cette traction peut être naissante mais elle doit exister. Elle doit traduire le dynamisme de votre projet, de votre équipe et de vos réalisations.

Cela doit transparaître dans votre business plan. En bref, votre business plan doit donner envie !!!

Article très intéressant de Flore Fauconnier du Journal du Net sur Spartoo et Zalando. On y parle aussi de Sarenza.


Voici un article intéressant de Flore Fauconnier du Journal du Net sur les trois principaux sites de vente de chaussures sur Internet : Spartoo, Zalando et Sarenza.
Il y a des informations sur les niveaux de chiffres d’affaires, sur le trafic,…

A lire sans aucune hésitation ! C’est par ici : « Comment Spartoo fait face à la déferlante Zalando« .

David Lozano de Green Republic – Interview


Une interview de David Lozano, co-fondateur de Green Republic qui vient de rejoindre Greenweez.com le leader européen de la vente de produits sains en ligne, est disponible sur le site de Slap Digital.

Entrepreneurs and roller coasters


I spoke to several friends this week. All of them are entrepreneurs.

Some of them were in a slowdown period while others were having a nice momentum.

But, all of them spoke about what we call among us « roller costers ».
One day, you’re having a wonderful revenue, everyone is calling you, they all want to work with you.
You have amazing sales, with a nice average basket, and a wonderful conversion rate.
And the following day or the following month, well, it is just the opposite. No sales. No phone calls. Nothing. Strictly nothing.

The fact is you don’t know what to do to change that because you’ve done nothing different. Last month it was working and now it is not. But you didn’t change a single thing in your marketing or sales campaigns.
You don’t know what to do.because you don’t understand what is going on and therefore how to.change this, how to improve it.

It’s incredibly difficult to handle these situations, these business ups and downs. And it affects your moral. It hurts.your moral. You get anxious, nervous and even depressed.

Being positive and.confident whith these roller coasters is exhausting and.almost impossible.

All of the entrepreneurs talked about thr.difficulty to manage these different periods of time. One day you’re on the top of the hill and the next day you’re down the hill.

So what can we do in order to overcome these ups and downs ?

Keep moving. Never give up. Keep looking forward. Everything will pay.

You have to admit that these roller coasters are part of the entrepreneur’s mindset. It’s classic. It’s part of the business and you have to admit it. It has nothing to do with you. So don’t worry, keep working for the long term. Everything you’re doing will have a positive impact. When ? We don’t know. But it will happen. For sure. Keep the big picture in mind and focus on the long term.

Shark tank : 5 raisons pour regarder et aimer la télé réalité des business angels et des entrepeneurs


Shark Tank. J’avais déjà entendu parler de ce programme par des amis et puis un soir, je me suis mis à le regarder.
Faire un programme de télé-réalité sur des business angels qui investissent dans des projets, je dois reconnaître, que c’est hyper audacieux.

Le principe est le suivant : des entrepreneurs en herbe viennent présenter leur projet à 5 investisseurs particuliers, les fameux business angels.
Les entrepreneurs viennent donc demander un investissement dans leur business en échange d’un pourcentage de capital qui sera détenu par les business angels.

La présentation est filmée, mise en scène, et les entrepreneurs repartent avec une réponse qu’elle soit positive ou négative. Il n’y a pas de « peut-être », de « on ne sait pas », de « on doit réfléchir », de « revenez quand vous aurez d’autres investisseurs ». Non. Les business angels sont de vrais business angels et pas seulement des particuliers qui paient l’ISF (ou un peu d’ISF devrais-je dire) et qui ont envie de défiscaliser. Non, là, nous avons de vrais BA qui investissent dans des sociétés parce qu’ils aiment ça et parce qu’ils pensent qu’ils peuvent aider grâce à leur expertise et leur carnet d’adresse.

La mise en scène est truculente : des liasses de billets sont empilés devant chaque business angels. Cette mise en scène serait impensable en France. Elle a dû d’ailleurs être jugée un peu trop provocatrice dans un contexte de crise car les liasses de billets ont été supprimées.

J’aime pour :
1. On y parle valorisation de société et contrôle de société sans aucun tabou
2. On voit la manière dont fonctionnent et pensent les business angels
3. On voit des entrepreneurs passionnés par leurs idées (qui sont parfois totalement saugrenues). Les présentations faites par les entrepreneurs sont souvent excellentes. Ils ont vraiment le sens du show ces américains.
4. On voit des entrepreneurs avec une excellente idée mais totalement incapable de la mettre en valeur et encore plus incapable de diriger une société
5. On y parle argent sans honte

Comme dans tout bon programme de télé-réalité qui se respectent il y a plusieurs saisons. Pour ma part, je trouve que l’épisode 2 de la saison 1 résume bien Shark Tank.

Je recommande vivement cette émission à tous les entrepreneurs en herbe ainsi qu’à tous les entrepreneurs qui sont sur le point de se lancer dans une levée de fonds.

La fin de l’eldorado e-commerce


J’ai lu un article très intéressant sur Frenchweb au sujet de la vente de Mister Good Deal.
Mistergooddeal

Pour mémoire, Mister Good Deal a été acquis par M6 en 2005 pour un montant proche des 40 M€ (je ne suis pas sûr à 100% de ce chiffre, mais je ne dois pas être très loin).
L’idée qui sous-tendait cette acquisition était la possibilité de envelopper es synergies entre M6 boutique, la partie télé-achat de M6 et le site internet Mister GoodDeal. Il s’agissait pour M6 de mettre un pied et plus si affinité dans l’e-commerce.

7 ans plus tard, le site Mister Good Deal est revendu par M6 à Darty alors que ce dernier a du mal à trouver sa place sur le web, coincé dans des problématiques de cross canal. Le bruit court que le prix de cession serait de 1€ !!!

Les chiffres de Mistergoodeal communiqués lors de l’opérations sont : 120 M€ de chiffre d’affaires pour une perte annuelle entre 6 et 8 M€.

L’article de Frenchweb met en valeur ce qu’est la réalité du e-commerce depuis quelques années maintenant.

Des e-commerçants coincés entre le marteau et l’enclume. Les sites de e-commerce sont confrontés à des coûts d’acquisition en hausse et à une guerre des prix sans précédant.

La hausse des coûts d’acquisition provient de plusieurs causes. A mon avis deux sont prépondérantes : l’augmentation des cpc de Google d’une part et d’autre part la multiplication des canaux d’acquisition qui nécessitent à chaque fois de nouvelles lignes budgétaires dans les P&L.
Il y a 6 ans, quand on analysait les coûts marketing d’un site de e-commerce, il y a avait trois au quatre lignes, cinq maximum : adwords, bien entendu, l’affiliation, les comparateurs de prix et le SEO. Aujourd’hui, il faut ajouter, le SMO, c’est à dire la gestion de la page Fans Facebook, la pub sur Facebook, la même chose pour Twitteŕ, Pinterest. Il faut également ajouter le retargeting, le RTB, l’e-mail retargeting, le sites d’achat groupés, les places de marché, et même les sites d’informations qui comme 20 minutes ont leurs pages de bons plans.

Tout cela a un coût : celui des budgets alloués et celui de l’équipe nécessaire pour faire tourner tous ces canaux.

A l’autre extrémité du spectre se trouve des sites comme Amazon ou CDiscount (tout juste rentable à 800 M€ de chiffe d’affaires). Ces sites écrasent totalement les sites de e-commerce ded taille moyenne et surtout ceux de petite taille. Ils maintiennent une pression sur les prix de vente des produits difficilement tenables pour leurs concurrents et une qualité de service exceptionnelle, du moins pour Amazon. Le service Amazon Premilum est d’une efficacité redoutable. Pour un abonnement de 50€ par an, les frais de port sont gratuits et vous êtes livrês le lendemain de votre commande. Aucun e-commerçant de taille moyenne ne peut offrir ce service pour 50€ par an.
Pris en tenaille entre des coûts d’acquisition élèves et des prix de vente à la baisse, les sites de e-commerces ont du mal à atteindre le point mort et quand ils l’atteignent, la rentabilité est maigre et difficilement pérenne.

Alors mon titre est un peu accrocheur mais en tout cas, nous ne somme plus dans la situation s’il y a 8 ans ou le e-commerce faisait rêver investisseurs et entrepreneurs.
Aujourdhuî, l’avenir du e-commerce est plus dans l’adaptation des groupes classiques à cette nouvelle donne qu’à l’apparition de pure players.